Les bisexuels sont-ils capables de prendre des décisions

La bisexualité, c’est bien plus compliqué que la simple différence entre aimer les garçons, les filles ou les deux : il s’agit de se représenter en tant qu’homme, femme, ou un peu des deux, et de placer ses préférences sexuelles dans cette identité transgenre. Certains hommes hétérosexuels pourront avoir le fantasme très précis d’être sucé par un autre homme – et cela ne fera pas nécessairement d’eux des bisexuels. De même que de nom­breuses femmes ont essayé l’aventure lesbienne sans pour autant être deve­nues bi. C’est donc que la bisexualité relève moins de la pratique ou du constat que d’une affirmation personnelle.

Les bisexuels sont parfaitement capables de prendre des décisions puisqu’il en est une, essentielle, qu’ils ont déjà prise : celle de définir leur identité sexuelle, fût-ce en-dehors des sentiers battus. On peut donc tout à fait décemment leur faire confiance pour choisir le restaurant ou une nouvelle paire de chaussures.

L’avis du sexologue : l’espace du genre

Les chercheurs en sexologie sont aujourd’hui bien embêtés. À l’époque – pas si ancienne – où n’existaient que des homos, des hétéros, des bi et des transsexuels, les choses étaient encore maî­trisables. Depuis qu’il existe une intense créativité de genre (voir l’excellent Quatrième Génération de Wendy Delorme, Grasset, 2007), tout se complique. D’ailleurs, lorsque l’on demande à. des étudiants comment ils se qualifieraient s’agissant de leur orien­tation sexuelle préférentielle, les résultats sont presque aussi variés que lorsqu’on les interroge sur l’excitation qu’ils sont sus­ceptibles d’éprouver pour des amis de même sexe. Il semble bien que l’orientation sexuelle soit en fait un espace allant de strictement et à tout moment hétérosexuel (tant sur le plan fantasmatique que dans les actes) à strictement homosexuel. Mais dans cet espace, toutes les positions sont possibles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *